Quoi ? : Librairie de BD / coffee shop / épicerie
Où ? : 11 Rue François Guisol 06300 Nice
Quand ? : Mar > Sam, 10h -19h – déjeuner : 12h – 14h
Combien ? : Club du jour : 9.50 € / Salade : 9.50 € / dessert : 4 € / verre de vin bio 3 € / bière artisanale : 5.50 € / sodas 2.50 € / Jus de fruit : 3 € / café : 1.50 €
Transport ? : Tram L1 Arrêt Garibaldi. Bus 2,20,30, 38, 81. Arrêt: Port de Nice
Des Questions ? : 09 84 00 17 18
Un lien ? : Cliquez-ici

Strip en trois cases, librairie spécialisée en BD et illustrés, coffee-shop et épicerie fine, la boutique hybride des Indociles vous invite à buller, l'esprit affûté en zoomant sur des spécialités locales à déguster sans modération

En lieu et place de la très jolie boutique d’aménagement intérieur de Céline Morange « Bleumorange », dont elle a conservé la vitrine carrelée, Nathalie Meulemans, ancienne directrice du Festival BDécibels, libraire en Bande dessinée dès 1991 avec le Comic Strip café à Antibes et fondatrice de la maison d’édition indépendante « Les Enfants Rouges » vient tout juste d’ouvrir le 1er août « Les Indociles », dans la rue François Guisol qui est aujourd’hui le cordon ombilical reliant avec une récente vitalité le petit marais niçois au port de plaisance de Nice.

Il est vrai qu’avec ses 5 000 parutions par an, la bande dessinée s’adresse à un public fanatiquement conquis. Chez « Les Indociles », 70 % des BD, romans graphiques et livres illustrés proviennent de petites maisons d’édition indépendantes essaimées en province. 30% sont des coups de cœur de la libraire édités par des maisons plus connues, Delcourt par exemple ou encore Casterman dont Véronique rappelle volontiers l’influence déterminante de la revue « A suivre » sur la production de bandes dessinées à partir des années 80.

Bien rangées sur un plateau central et sur des petites étagères blanches bordées de jaune, bleu et rouge en harmonie avec la façade, on y déniche bien des raretés qui méritent le coup d’oeil. Les BD jeunesse des Editions La Gouttière, les « BD modernes » de l’éditeur « 6 pieds sous terre », les récits dessinées des « Éditions du Larzac », les introuvables de l’édition associative « Même pas mal » … pour n’en citer que quelques unes.

« Les Indociles » ce nom magnifique qui traduit un état d’esprit est aussi le titre d’une saga consacrée aux rescapés des utopies des années 60, conçue par Camille Rebetez et Pitch Comment, parue justement chez Les Enfants Rouges, la maison d’édition de Nathalie.

Librairie spécialisée en BD, coffee shop agrémenté d’un corner d’épicerie fine, voilà en définitive une déclinaison plus alternative et plus personnelle du concept de « BD-pause-café » promu par une grande chaîne également présente à Nice.

Dans l’espace restaurant et sur sa petite terrasse, la libraire prodigue donc conseils en lecture ou en produits locaux tout en servant un verre de vin bio ou de Zyhta, une bière niçoise à base de pois chiche, pour escorter une salade gourmande et une crème au chocolat noir ou un yogshake à la menthe et à la fraise. A noter que dès l’automne, on pourra enfin déguster à Nice un authentique chocolat chaud avec du lait frais et du cacao Valrhona. Mais l’idée du salon de thé romantique n’est vraiment pas le style de la maison. Le décor est donc sobre et plutôt ludique, aux couleurs de Mondrian et la formule s’avère originale et dynamique à l‘image de la propriétaire des lieux.

Buller chez les Indociles après avoir déniché un roman graphique, le feuilleter en dégustant un sandwich club tout en sirotant un nectar produit à Entrevaux par l’arboriculteur Patrick Mantrand et repartir avec un confit de pétales de rose du Clos de Callian qui entrent dans la composition des plus grand parfums, voilà un type de combo vraiment inédit qui concilie la passion souveraine de la libraire pour la BD et son envie de faire la popote pour revenir au contact de la clientèle.

Nathalie vous invite donc dans son comic-strip à faire des bulles,des « wip » et des « zip » mais si une onomatopée concernant son concept inédit devait se retrouver dans un phylactère ce serait bien sûr un « Oh » de belle surprise!

MG