Quoi ? : Exposition de photos d’Helmut Newton
Où ? : NMNM Villa Sauber 17 av Princesse Grâce 98000 Monaco
Quand ? : Tlj du 17/06/2022 au 13/11/2022 de 10.00 à 19.00
Combien ? : 6 € / Gratuit – 18 ans et tous les dimanches
Transport ? : Bus ligne 5, arrêt Grimaldi Forum (Villa Sauber) / Parking Forum Grimaldi
Des Questions ? : + 377 98 98 91 26
Un lien ? : Cliquez-ici

Audacieuse et provocatrice, la nouvelle expo du NMNM présentée à la magnifique Villa Sauber sort des sentiers battus en se focalisant sur les clichés réalisés sur la Côte d’Azur par le photographe Helmut Newton. Une dernière période la plus libre de sa carrière.

Newton Riviera nous ouvre les portes d’un univers esthétique toujours aussi sophistiqué mais particulièrement décalé. Deux spécificités en font une exposition inédite : l’importance de la Côte d’Azur et de Monaco où il s’était installé en 1981 et l’influence du surréalisme sur le photographe.

Jusqu’en 2004 (date de sa mort), Saint Tropez, Ramatuelle, Cannes, Antibes et bien sûr Monaco ont été les terrains de jeu d’Helmut Newton qui s’est laissé aller à trouver des cadres toujours plus originaux pour les photos de mode qu’on lui commandait : piscines, terrasses et palaces mais aussi chantiers ou camping.

Helmut Newton attiré par le soleil et l’authenticité du Sud en aimait aussi ses aspects clinquants et superficiels : « Je suis très attiré par le mauvais goût, plus excitant que le prétendu bon goût qui n’est que la normalisation du regard. ».

A la fois fasciné et ironique, il va côtoyer un monde à la vie facile et élégante où l’apparence et les faux-semblants dominent. Le parcours de l’exposition commence avec le thème Piscines / Méditerranée mais le photographe de l’artificialité aime davantage les piscines que la Grande Bleue presque toujours en arrière-plan. Pour lui, « le plus beau des gazons est en plastique »

Dans la série Festival de Cannes, il devient voyeur dans cet univers de paillettes et il se plait dans ses photos à emmêler le faux et le vrai, la réalité et l’illusion. Au fil de 280 clichés, on va naviguer entre ses souvenirs personnels comme ceux de Ramatuelle où il photographie sa femme June (la photographe Alice Spring) et ses amis et une indécence, une ambiguïté qu’il cultive dans la série Yellow Press au glamour inquiétant, inspiré de scènes de crimes ou dans Curiosa qui révèle des images inédites.

Les photos de mode de Newton ont éclipsé le reste de ses œuvres qui abordent des réappropriations des thèmes surréalistes, qu’il s’agisse de l’œil, de la poupée, du mannequin, du voyeurisme ou du sado-masochisme.

Dans Mode & Nus, on retrouve le photographe connu pour ses nus qui ont ouvert la voie du « porno chic » dans les médias grand public. Monaco est transformé en théâtre où il prend de plus en plus de liberté avec des mises en scène où de sublimes mannequins posent lascivement devant des camions à benne ou des pelleteuses.

Avec Portraits, Newton montre qu’il n’immortalise « que ce qu’il comprend » comme il le dit, une société de riches et de stars qu’il fréquente. Ainsi, personnalités du cinéma, de la musique, de la mode ou de l’art se retrouvent sous ses flashs. Les Princesses Caroline et Stéphanie photographiées à leur tour indiquent son lien très fort avec la Principauté de même que Ballets de Monte-Carlo qui magnifient la plastique des danseurs dans cet éternel culte de la beauté.

Le Parcours se termine avec la reconstitution du salon de Newton et son épouse à Monaco où il faut prendre le temps d’observer chaque meuble et bibelot témoins d’une époque de folle créativité.

Petit plus : Vous pourrez retrouver l’intégralité des photographies exposées et de nombreux textes et entretiens dans un catalogue co-édité par le NMNM et Gallimard.

 Par Anne Emellina (Photos NMNM/Stéphane Kovalsky)